Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Merlin chat conteur

Merlin chat conteur

Contes, récits et autres petites et grandes histoires


La fête de Samain, Nouvel An celtique

Publié par Viviane Caroline S sur 30 Octobre 2021, 01:44am

Catégories : #Conte, #Légende, #Bretagne, #Êtres légendaires, #Tradition

La fête de Samain, Nouvel An celtique

 

    Dans la Tradition celte, il fut - et il reste, commémorée par quelques passeurs de mémoire, une grande fête de nuit.  C'est SAMAIN - ou Samonios - qui ponctue le passage du 31 octobre au 1er novembre. Un moment fort - et donc sacré - du cycle de la nature qui inaugure le nouvel an celtique avec l'entrée pour les Bretons dans ce que nous appelons ici Les mois noirs.

 

    La nuit de Samain est un moment vraiment particulier parce que c'est une nuit hors du temps, au cours de laquelle bien des repères s'abolissent, où le monde du visible et celui de l'invisible se rencontrent, jusqu'à communiquer, où se rassemblent disparus qui furent humains, êtres invisibles existant à d'autres niveaux de conscience - et qu'on dit "de légende"... pour se rassurer - et... nous !

 

    A l'époque de "nos ancêtres, les Gaulois", l'occasion donnait lieu à de grands rassemblements, des rituels complexes, et bien-sûr des festins formidables que l'on servait tant aux êtres faits de chair et sang qu'aux autres, les invisibles...  Et pour les premiers, pauvres mortels, certains mets particuliers consommés étaient réputés ouvrir à l'immortalité, et d'autres, comme le fruit du pommier sacré, procuraient la Connaissance... Quant au vin, bien-sûr il ouvrait hommes et femmes à la transe sacrée.

 

    Dans les pays anglo-saxons (que nous imitons si souvent sans complexe, souvent au mépris de nos propres traditions), la fête de Samain s'exprime aujourd'hui dans les manifestations carnavalesques d'Halloween...

Pourtant loin de ces déguisements insoucieux d'un moment symbolique si fort, il existe toujours, en Bretagne armoricaine, de nombreuses croyances populaires concernant la présence des morts sous un aspect visible à cette période de l'année.  Et elles témoignent de la permanence de l'antique tradition celtique.

 

    En Armorique, certaines petites collines sont appelées Tertres aux Fées. Ces lieux, ainsi que d'autres plus discrets, voire secrets, mais que n'ignorent pas les passeurs celtes, marquent des seuils, des trouées, au-delà desquels le temps n'a plus prise.  Et ces passages, pour autant qu'on en saisisse l'itinéraire secret, ouvrent à de bien mystérieux échanges...

Mais qu'on se rassure - un peu... - car loin de l'Halloween commercial, grimaçant, qui "nique les dents" des enfants, les Celtes, plus que toute autre civilisation, avaient une idée paisible de "L'Autre Monde".

 

    Souvenez-vous... Qui de nous, rentrant au petit matin de quelque fête de nuit, n’a été troublé par la brume montante du sol dans la nuit qui finit ?  Et qui, parcourant les routes des campagnes au silence habité, n’a eu cette sensation de regards invisibles dans les taillis ? Comme une connexion avec la présence du petit peuple.  Cela vous revient ?  Alors, respectez-le !  Car s'il nous tolère sur son territoire, il n'aime pas quand nous outrepassons les heures où la terre lui revient en partage....  Bien-sûr la plupart du temps, aucun mal ne nous est fait... pourtant il est de tradition de prendre garde à la tolérance fluctuante du monde des korrigans, des elfes, des fées, et de ces bugel-noz que l’on rencontre en Basse-Bretagne. Ni tout à fait lutins, ni tout à fait créatures maléfiques, ces bergers de nuit peuvent tout à coup vous glacer le sang en vous hurlant dans les oreilles, tel Iannic Ann Ôd - Jean du rivage...

 

    Alors un conseil : ces êtres étranges, à qui n’y est familiarisé et surtout à qui leur fait l'offense de ne vouloir y croire, si vous en rencontrez, gardez-vous tout de même de les défier...

      

    Avant de nous mettre aux préparatifs du festin de Samain, rappelons qu'à travers l'ivresse, le vin procurait à nos ancêtres la transe qui dépassait - transcendait ! - le réel apparent.  La transe sacrée ouvrait aux Initiés l'accès au surnaturel de ce très spécial temps hors du Temps.  Le pouvoir saturnien se mettait en veilleuse - poétiquement nous dirions que le Temps suspendait son vol - tandis que la puissance plutonienne du Royaume d'Hadès se manifestait... Quant à la transe qui ouvre à la communication inter-mondes, n'a-t-elle pas des accents dionysiaques ?

Alors en cette nuit qui s'annonce, avis aux réceptifs, détenteurs d'un sixième sens affiné... soyez médiums et belles rencontres à vous !

 

 

• Écrit en les mois d'octobre 1990 et 2019 (pour quelques ajouts),

— Viviane Caroline S

 

Fées qui dansent (détail)

✒ L'oeuvre picturale, Fées qui dansent, m'a semblé bien illustrer l’ambiance ressentie lors d’une nuit de Samain, lorsque s’abolit la frontière entre les mondes...

Le tableau fut peint en 1866 par August Malmström, peintre suédois inspiré par la mythologie nordique. N'est-ce pas une véritable magie qui se dégage de ce tableau où s’assemblent des fées sur le miroir de l’eau ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents