Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Merlin, chat conteur

Merlin, chat conteur

Contes, récits et autres petites et grandes histoires


Les chats de Ferdinand Oger

Publié par Viviane Caroline S sur 2 Décembre 2021, 15:46pm

Catégories : #Biographie, #Chat, #Peinture

Les chats de Ferdinand Oger

Une vie d'artiste comme une énigme

dans le foisonnement artistique du XIXème siècle

Maine Coon assis, par Ferdinand Oger

Maine Coon assis, par Ferdinand Oger

J'aime beaucoup les chats de Ferdinand Oger (1872-1929), ce peintre français aujourd'hui presque oublié.  Car on en sait si peu de lui...  Ce qui est sûr, c'est qu'il fut un artiste qui devait aimer les chats tant il les a si bien représentés !  Il suffit de voir leurs traits, leurs expressions et leurs attitudes saisies dans des postures fières mais paisibles, altières sans être arrogantes : de vraies déités protectrices !

Chat royal, par Ferdinand Oger

Chat royal, par Ferdinand Oger

Hélas je n'ai rien pu trouver qui concerne la vie de Ferdinand Henri Oger (pour son nom complet).  Et peu de choses sur sa formation et les détails de sa technique.  Jusqu'à son lieu de naissance et ses jours et mois de naissance et de décès restent introuvables, comme si son passage parmi nous devait rester auréolé de mystère.  Pour ma part, je me plais à l'imaginer calme et discret, avec le regard attentif de celui qui traduit la Présence.  Et avec un chat pour ami fidèle et tranquille à ses côtés, posant pour lui parfois ou passant, doux et silencieux près des meubles de l'atelier qu'il frôle de sa fourrure... et sur lesquels il s'assoupit parfois quand une séance de pose se fait un peu longue...

Chat qui dort, par Ferdinand Oger

Chat qui dort, par Ferdinand Oger

Trois gravures de chats, par Ferdinand Oger

Trois gravures de chats, par Ferdinand Oger

En majorité, les oeuvres de Ferdinand Oger que l'on trouve encore aujourd'hui sont des représentations d'animaux, ce qui le définit comme un peintre animalier.  Il nous laisse surtout des chats - sûrement ses sujets parmi les plus réussis, mais aussi des ânes, des chevaux, de bovins, des chiens, des lions… parfois quelques personnages humains à leurs côtés, surtout avec les chevaux.

 

J'aime aussi la simplicité de son monogramme, avec lequel il signe simplement certaines de ses oeuvres, où ses initiales entrelacées sont en elles-mêmes comme un petit bijou qui ennoblit le tableau !

 

À noter qu'on rencontre peu d'oeuvres de lui qui soient datées, mais que le "Petit chat assis" ci-dessous nous arrive de  l'année 1924. On en est sûr car on sait qu'il fut tout spécialement commandé par The Print Connoisseur, une revue d'art new-yorkaise existant dans les années 20.  La plaque en cuivre de cette belle eau-forte fut détruite et aucune autre édition que l'exemplaire original ne fut imprimé.  On remarque qu'elle est uniquement signée par son monogramme.

Petit chat assis (1924), par Ferdinand Oger

Petit chat assis (1924), par Ferdinand Oger

Même si de nos jours, Ferdinand Oger est un artiste presque tombé dans l'oubli et dont on ne connait aucun élément de la vie privée, en ce qui concerne les eaux-fortes, les connaisseurs distinguent pourtant en lui un maître !  Il nous reste des traces de son oeuvre, comme un puzzle à reconstituer sur la Toile... quelques affiches ici et là, des gravures... comme des petits signes d'un au-delà de la beauté... 

Ce que nous savons de lui concrètement tient à peu près à ceci : nous savons qu'il avait étudié son art avec son père, lui aussi peintre animalier, et aussi avec le sculpteur renommé Emmanuel Frémiet, qui peignait également ; que la première planche publiée connue de lui date de 1912 - je crois qu'on ne sait rien de ce qui précède côté productions… ; et qu'il a également produit des aquarelles et des peintures à l'huile.

 

Ferdinand Oger, c'est un artiste-silhouette dans les brumes d'un siècle... 
Ce qui est su de lui est peut-être bien peu… Mais c'est assez pour qu'on se saisisse des bribes de cette mémoire qui révèle un véritable artiste qui honora si bellement nos amis les chats !

 

— Viviane Caroline S, biographe de chats, le 01er décembre 2021

Un Maine Coon, par Ferdinand Oger

Un Maine Coon, par Ferdinand Oger

 

Pour le plaisir des yeux...

                                          ... un petit bonus

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents